.entry-meta{ display:none !important; }
Gauguin, le paradis, c’est l’enfer

Gauguin, le paradis, c’est l’enfer

« Tous ces malheurs successifs, la difficulté de gagner régulièrement ma vie malgré ma réputation, mon goût pour l’exotique aidant, m’ont fait prendre une décision irrévocable. En décembre, je rentrerai et je travaillerai à vendre tout ce que je possède, soit en bloc, soit en partie. Une fois le capital en poche, je repars pour l’Océanie, et ce sera pour toujours. »

Tahiti

 

0203
de haan